Groupe de pilotage de l’Economie Sociale et Solidaire (ESS) sur l’agglomération Tarbes Lourdes Pyrénées

Publié le par Tarbes Citoyenne

Groupe de pilotage de l’Economie Sociale et Solidaire (ESS) sur l’agglomération Tarbes Lourdes Pyrénées

Nous avons donc répondu favorablement sur l’appel à projet. :

 

  1. A hauteur de 8 000 euros à :

- Wimoov qui est une plate forme de mobilité positive pour des personnes en insertion que je défends et qui articule son travail avec les associations portant la création d’un garage associatif, avec Mob 65 que préside de manière transitoire Henri Lourdou et bien sûr, peut aussi ouvrir à notre travail sur la gratuité des transport en commun.

- les Petits Débrouillards et Kanopé installés sur le quartier Laubadère à Tarbes, qui constituent un espace de travail sur l’accès aux sciences et technologies notamment en direction des enfants dans des quartiers populaires (projet porté à l’origine par des profs de Rangueil).

- Léo Lagrange et son projet de Venise plage à Bours que j’ai connu et porté suite à l’intervention de Vincent Ricarrère, conseiller municipal Tarbes Citoyenne. On avait élargi les critères de l’appel à projets, pour pouvoir le traiter comme tourisme social et solidaire. 

  1. A hauteur de 5800 euros à :

L’Adapei 65 pour la construction d’un nouvel atelier de conditionnement de fruits et légumes bio. A signaler que je ne me suis pas opposée à ce projet car extrêmement bien bouclé et directement formaté pour l’ESS. Ceci étant j’ai été alertée par les associations d’handicapés et par le groupe de travail handicap de la CGT et de la JOC sur les conditions de travail ou plutôt d’exploitation dans lesquelles on confinerait le personnel. Du coup je me suis appuyée sur ce dossier pour exiger un suivi de l’argent public que nous affectons et ai fait majorer les projets de Wimoov et de Léo Lagrange qui sont emblématiques des valeurs d’ESS.

  1. A hauteur de 5000 euros à :

-  FIL- Femmes Initiatives Laubadère pour la consolidation de l’emploi par le biais de matériel informatique et de matériel isotherme.

- Alter habitat : Création d’une coopérative d’artisans installée à Adé.

  1. A hauteur de 3200 euros à :

- la banque alimentaire : le projet est porté par toutes les collectivités pour transférer leur activité d’Orleix à Bordères dans les entrepôts de Barcos ( ex Ceraver). Très important car ont été lâchés par l’Europe et alimente directement le Secours Populaire et autres associations qui nous ont alertés. 

  1. A hauteur de 3000 euros à :

- IES Initiative ESS, une coopérative qui accompagne en financement les actions et structures de l’ESS. En fait elle joue ici le rôle de porteur de projet pour développer des supports de communication sur l’ESS sur l’agglomération. On a aidé les acteurs du secteur à s’organiser en réseau autour d’une charte qu’ils ont eux mêmes rédigée et qui a structuré notre appel à projets. En font partie notamment toutes les autres structures déjà citées mais également le GAB 65, le carré fermier pour les circuits courts, Récup action, Passing... 

  1. A hauteur de 2000 euros à :

Dan’6T pour conforter les emplois aidés par la mise en place de matériel bureautique.

On a accordé encore 3500 euros à Solicèdres le projet d’épicerie Solidaire d’Aureilhan, sous réserve que le plan financier soit viable. Nous allons rediscuter avec la structure pour savoir où elle en est de son plan de développement.
Cette épicerie née d’une démarche de co-construction avec la population des Cèdres Correous et Arroues a d’abord été soutenue par la ville d’Aureilhan. Aujourd’hui elle ne semble plus lui apparaître comme une priorité pour le développement local qui dit on lui privilégierait la perspective d’un supermarché discount. De fait l’aide de la mairie avoisinerait les 1 000€.


Il s’agit donc aujourd’hui de s’assurer que la structure soit viable. Sans un engagement politique et public à la hauteur cela ne sera pas possible car les autres financeurs se rétracteront rapidement.
J’ai insisté pour amorcer une dynamique positive publique allant dans ce sens. Mais pour l’heure rien n’est assuré.

Sachez encore que j’avais fait débloqué fin 2016 sur le Grand Tarbes, 8700 euros pour Melting Potes (restaurant solidaire avenue de la Marne à Tarbes) à utiliser dans l’année. Notre aide est conditionnée à de l’investissement (matériel, véhicule...) comme on le fait pour l’ensemble des entreprises, sinon cela signifierait que l’argent public sert à financer des salaires dans des structures privés. 

De plus on s’est fixé un investissement avec un seuil de 50% maximum du coût global du projet de manière à ne pas mettre la structure dans un système de dépendance vis à vis de l’argent public et ne pas faire de l’ESS une économie d'assistance ou de réparation, mais une aide à la démarche entrepreneuriale solidaire. Nous aidons ensuite à rentrer dans le circuit bancaire avec le crédit coopératif, des structures de financement solidaire comme Midi Pyrénées Active ou des fondations, plus les différentes politiques de l’Etat.

Le prochain appel à projet aura lieu en mars. On peut y repasser des dossiers qu’on a pas pu financer pour vice de procédure comme La Sonnante ( qui se sont domiciliés à Lannemezan pour avoir un financement sur Tarbes Lourdes) ou parce qu’ayant bénéficié d’aides l’an passé comme Passing école du cirque. De plus il va nous falloir engager une discussion sur l’après appel à projets et la constitution de politiques pérennes pour l’ESS.

Dernière info : au niveau du parlement européene, je me suis engagée sur le groupe PAC de mon groupe GUE qui travaille à un manifeste sur le sujet. J’ai en charge la question de la sécurité alimentaire. Avec mes assistants on a créé une mission sur le sujet qu’on a confié au GAB 65. Il sera important pour l’ESS de valoriser leur travail quand il sera achevé.

Disponible pour précisions et plus bien sûr.

 

Marie Pierre Vieu.

Publié dans ESS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

La Municipalité d'Aureilhan 17/01/2018 08:59

Epicerie Solidaire : la Municipalité d’Aureilhan mise en cause injustement


En 2015, la Ville d’Aureilhan, coopératrice d’une SCIC de financement solidaire et fidèle à ses valeurs, a initié un projet innovant : celui de la création d’une épicerie solidaire au quartier des Cèdres pour répondre à la demande sociale.
Une association, Solicèdres, a donc été créée en 2016, sous l’impulsion d’habitants du quartier. A ce jour, l’épicerie solidaire n’existe pas encore. Les 1000€ évoqués avaient été versés par la Commune en 2016 pour participer au financement de l’accompagnement lors de la création de l’association.

Contrairement à ce qui est écrit, la Municipalité d’Aureilhan continue de porter un réel intérêt à ce projet ; par exemple, lundi 15 janvier 2018 se tenait en Mairie une réunion du Comité de Pilotage.

Quant à l’installation d’un supermarché discount dans le quartier, il s’agit d’un projet privé dont les premières études avaient été lancées il y a 12 ans et qui avait même fait l’objet d’un permis de construire le 22/01/2009…non suivi d’effet ! Il semblerait qu’actuellement ce projet de supermarché soit à nouveau activé.

Telle est la réalité des faits.


La Municipalité d’Aureilhan


Mercredi 17 janvier 2018